twitter facebook
Bienvenue sur le site de la grossesse
Actuellement 604 583 inscrits
Se connecter Devenir membre
grossesse bébé bebe femme enceinte

apresL'après-accouchement


Il est important de parler des suites de l'accouchement, période souvent appelée " le dixième mois " car les ouvrages du " bien accoucher "ou " bien s'occuper de son enfant " sont très nombreux, alors que ceux qui traitent de l'après-accouchement sont presque inexistants ! Pourtant il est important de connaître les grands bouleversements physiques et moraux qu'entraîne l'accouchement afin de savoir les gérer efficacement et vivre sa maternité avec sérénité.


Pour la majorité des femmes, cette période est souvent vécue douloureusement : fatigue physique, manque de sommeil, anxiété, inquiétude, inexpérience et douleurs physiques peuvent rendre les premiers mois qui suivent l'accouchement difficile à vivre.


Témoignage de Sylvie GAUSSEN (auteur de l'ouvrage " Le Guide de l 'Après-Accouchement " aux éditions Albin Michel).


" Lors de ma quatorzième douche de la journée, j'ai vraiment commencé à me fâcher. Pourquoi avais-je si mal ? Personne ne m'avait prévenue que les jours qui suivaient l'accouchement pouvaient être aussi pénibles. J'avais pourtant suivi des cours de préparation avec une sage-femme, longuement discuté avec mes amies, lu des dizaines des livres sur la grossesse. Aucun d'entre eux ne m'avait prévenue que j'aurai l'impression d'avoir l'intérieur passé à la râpe à fromage ni que les hémorroïdes pouvaient faire si mal et qu'il me serait impossible de trouver une position confortable, même allongée. J'étais dans une maternité de grand renom, mais hormis un petit comprimé antalgique quatre fois par jour, personne ne me proposait d'astuce ou de remède paramédical pour soulager tous ces désagréments. "


L'après accouchement est tout d'abord un grand bouleversement physique.


En effet, immédiatement après l'accouchement les hormones dites endorphines procurent aux femmes un grand bien-être ou une grand lassitude, voire un regain d'énergie.


Lors des quelques heures qui suivent l'accouchement, votre corps va commencer un long travail pour se refermer, et retrouver les proportions qu'il avait avant la grossesse.


Ce lourd travail ne va pas sans troubles plus ou moins gênants que l'on peut gérer facilement si l'on connaît quelques astuces et remèdes.

 

Les saignements 

 

Il est tout à fait normal de saigner pendant 4 à 6 semaines. C'est pour cette raison que votre obstétricien demandera à vous voir vers la 6ème semaine pour s'assurer que tout est redevenu normal.


Il est important de savoir qu'une césarienne entraîne des pertes de sang plus importantes.


N'ayez aucune inquiétude si des caillots (plus ou moins gros) apparaissent.

 

En principe, ces saignements abondants durent de 4 à 8 jours.


Prévoir dans votre valise des garnitures spéciales ; la maternité en fournit mais celles que vous aurez achetées vous seront utiles à votre sortie.
N'achetez pas les garnitures que vous utilisez lorsque vous avez vos règles (même celles prévues pour la nuit) elles sont inadaptées et désagréables. Optez pour les garnitures "spécial maternité " vendues en pharmacie.


L'Episiotomie 


C'est une petite incision des muscles du périnée dans la partie inférieure de la vulve. Cette dernière est réalisée de façon préventive pour éviter la déchirure du périnée, et destinée à faciliter l'expulsion de bébé. Elle a également pour but d'éviter une incontinence urinaire et, à long terme, une descente d'organes. L'épisiotomie est surtout pratiquée lors du 1er accouchement (80%).

 

Une épisiotomie requiert 3 ou 4 points de suture avec du fil résorbable. Les fils disparaissent en 2 à 4 semaines.


Les soins


Se trouvant dans une zone toujours humide (surtout lors des pertes de sang) la cicatrice de l'épisiotomie est vulnérable, et il est important de la soigner scrupuleusement.


Au début (lors de votre séjour à la maternité) l'infirmière fera votre toilette intime 2 fois par jour (ce qui lui permettra de vérifier la cicatrisation).


Lorsque vous vous en sentirez capable, vous pourrez vous_même soulager les douleurs dues à la cicatrisation en faisant longuement couler de l'eau tiède sur votre périnée.


Changez de garniture le plus souvent possible (toutes les 4 heures ou à chaque fois que vous urinez). Faites une toilette intime à chaque fois que vous allez aux toilettes. Et, surtout, veillez à toujours bien sécher votre épisiotomie. Je recommande l'usage du sèche-cheveux (même si certains pensent qu'il dessèche le périnée, et peut entraîner des infections). Choisissez un sèche-cheveux à réglage froid et tenez-le à 15 cm de la cicatrice.


En général, la cicatrice de l'épisiotomie fait mal pendant une semaine. Mais chez certaines femmes, la douleur peut durer plus longtemps.

Cette douleur doit disparaître au bout de 2 semaines. Si cette dernière persiste, consultez absolument votre médecin (il peut s'agir d'une petite infection ou d'un fil mal résorbé.)


Les 1ers rapports peuvent être désagréables, voire très douloureux. Si la douleur est trop vive, n'insistez pas et attendez encore quelques jours.


Il est important de signaler que la reprise des relations sexuelles ne doit se faire qu'une fois tous les fils résorbés, et l'épisiotomie totalement cicatrisée !

 

En sortant de la maternité vous aurez parfois du mal à marcher normalement ou à vous asseoir ; utilisez alors une petite bouée pour vous asseoir cela soulagera votre périnée très sensible, ou s'asseoir en tailleur le plus souvent possible.


N'hésitez surtout pas à demander à votre médecin de vous prescrire du paracétamol et des anti-inflammatoires (qui ne sont pas contre-indiqués lors de l'allaitement).

 

Pensez à prévoir un brumisateur d'eau que vous pourrez utiliser pour soulager la région génitale après avoir uriné.

 

L'élimination de l'eau 

 

Le corps d'une femme enceinte contient beaucoup plus d'eau qu'en temps normal (certaines font même de la rétention d'eau : les chevilles, les doigts, les poignets et le visage sont particulièrement gonflés).


24 heures après l'accouchement, le corps dégonfle un peu ; et, c'est vers le 2ème, 3ème jour qui suit l'accouchement que les femmes ressentent un besoin accru d'uriner et transpirent excessivement (les draps étant parfois complètement trempés). Prévoyez de grandes serviettes-éponges, et plusieurs chemises de nuit. Surtout, il ne faut pas que ce phénomène vous empêche de boire : il est recommandé de boire au moins 2 litres d'eau dans les 1ers jours.

 

Le transit intestinal : la constipation

 

Il est important de savoir qu'il faut plusieurs mois après l'accouchement pour que le tube digestif reprenne son volume initial. Il faut s'attendre à ne pas aller au selles avant 3 jours. La constipation est souvent également due à l'épisiotomie : certaines femmes ont peur de rompre les points de suture ou de souffrir d'hémorroïdes.


N'attendez pas trop, car plus l'attente est longue, plus cette constipation vous fera mal.


Pour soulager sa constipation

  • Buvez beaucoup de l'eau d' HEPAR, de préférence.
  • Prenez 1 sachet avant chaque repas de SORBITOL DELALANDE (quoique complètement inefficace chez certaines !)
  • Les suppositoires à la Glycérine (SOGIPHAR) qui ont un effet immédiat


Les hémorroïdes

 

Elles sont souvent la conséquence de la constipation . C'est parfois l'occasion pour certaines femmes qui n'en n'ont jamais eu de connaître les douleurs bien particulières que causent les hémorroïdes. Elles durent entre 24 heures et 10 jours. Si elles perdurent, n'hésitez surtout pas à en parler à votre médecin (thrombose hémorroïdaire : gros caillot qui se forme dans une veine).


Pour soulager la douleur due aux hémorroïdes

  • Les anti-inflammatoires sous forme de crème qui s'appliquent autour de l'anus ou à l'intérieur. Attention, seules les crèmes obtenues sur ordonnance sont véritablement efficaces !
  • Les bains de siège : 3 par jour dans de l'eau froide mélangée à un antiseptique dilué, pendant 5 bonnes minutes.
  • Soigner sa constipation, ce qui évite dans 80 % des cas de souffrir des hémorroïdes.


Frissonnements et poussées de fièvre

 

Les frissonnements sont dûs à la perte de chaleur du corps (l'expulsion de bébé, du placenta, du liquide amniotique.) et au choc nerveux et physique que déclenche l'accouchement. Ils peuvent durer plusieurs jours, et le personnel médical devra s'assurer qu'ils ne sont pas dûs à une infection.


Certaines femmes ont une légère poussée de fièvre (entre 38 et 38,5 °C) vers le 2ème jour lors de la montée de lait. Cette poussée ne dure que 24 heures.


Buvez beaucoup et surtout évitez l'aspirine à cause de vos saignements qui risqueraient de s'amplifier.

 

Préférez le paracétamol qui permet de diminuer le fièvre.


L'anémie

 

Les saignements et le ralentissement de la circulation sanguine accentuent l'anémie. Un supplément de fer vous sera immédiatement prescrit.


Ce supplément de fer rendra vos selles noires.

 

La perte de poids

 

Au cours de l'accouchement, une femme perd en moyenne 5 kilos. Lors des jours qui suivent l'accouchement, elle perd de 2 à 3 kilos.

 

Les autres kilos se perdent progressivement au cours des mois suivants.


Il est tout à fait normal d'avoir entre 3 et 6 kilos (voire plus ! ) à perdre lors de votre retour à la maison. Ils correspondent aux réserves constituées par le corps pour l'allaitement.

 

Certaines femmes considèrent que l'allaitement les fait maigrir, d'autres n'arrivent à perdre du poids qu'après avoir cessé d'allaiter.

 

Mais sachez que l'allaitement est la seule période dans la vie d'une femme où la graisse des hanches peut être utilisée (à condition que l'allaitement dure au moins 3 mois !).
Ces graisses sont pratiquement impossibles à éliminer avec un régime classique.

 

Il est recommandé d'attendre le retour de couches avant de commencer un régime sérieux. Cependant, le simple fait d'arrêter de manger des sucreries et des graisses entraînera une perte de poids.

 

La césarienne

 

Aujourd'hui, 17% des femmes accouchent par césarienne. Plus de la moitié des ces interventions est programmée.

 

Cette pratique ne cesse d'augmenter, due à la surveillance accrue de l'accouchement.

 

Comment se déroule une césarienne ?

 

La césarienne est une incision (aujourd'hui transversale) au dessus du pubis afin qu'elle soit dissimulée par les poils.

 

L'incision et la naissance durent entre 8 à 10 minutes. Par contre, la suture est un peu plus longue puisqu'elle dure en moyenne entre 45 minutes et 1 heure.

 

Après la naissance du bébé, on administre à la maman par perfusion de l'OCYTOCINE DE SYNTHESE (laquelle aide l'utérus à se contracter), un ANALGESIQUE (calmant à base de morphine), des ANTIEMETIQUES (réduit les nausées provoquées par la morphine), et enfin des ANTI-COAGULANTS (pour éviter que ne se forme un caillot de sang dans la veine).

 

La césarienne sous anesthésie générale

 

Les douleurs dues à la césarienne

 

Lorsque la césarienne est pratiquée d'urgence alors que l'accouchement se déroulait sans péridurale, l'anesthésiste n'a souvent plus le temps d'installer la péridurale (10% des césarienne).


Le réveil de l'anesthésie générale est souvent pénible : tremblements, frissons, état de confusion et d'agitation, vomissements et nausées peuvent apparaître.

 

Cette intervention retarde le premier contact de la mère avec son enfant.

 

Ces douleurs sont multiples, et se caractérisent par un très grand inconfort.

  • Les nausées : Il est souvent très douloureux de vomir après une telle intervention. En pareil cas, prévenez l'infirmière ou le médecin. Ce dernier ajoutera un antiémétique dans la perfusion.
  • Les tranchées : douleurs dues aux contractions de l'utérus qui se rétracte après l'accouchement. Après une césarienne votre utérus est particulièrement sensible surtout lors des 2 premiers jours de l'allaitement (la succion stimule les contractions). L'administration d'analgésiques par perfusion évite de ressentir de telles douleurs.
  • Les démangeaisons ou éruptions cutanées dues à la morphine. Appliquez des compresses de LOTION AU CALENDULA .
  • Un important mal d'épaule qui peut être dû à la formation d'une poche d'air dans l'abdomen.


Il est important de savoir qu'il faut se lever au bout de 24 heures afin d'éviter tout risque de phlébite ou d'embolie. Ce sera un moment très douloureux.

 

Attention, ne vous levez jamais seule : une aide est absolument nécessaire (une à deux infirmières seront présentes pour vous aider et vous soutenir).

 

Se lever reste très pénible tant que les fils n'ont pas été enlevés : en général, ils le sont vers le 7ème jour mais dans certains cas, ils sont retirés le 5ème jour ou le 10ème.


Les soins de la cicatrice

 

A la maternité, c'est l'infirmière qui se chargera du pansement de votre cicatrice au moins une fois par jour.

 

Parfois, la cicatrice s'infecte : elle devient rouge, gonflée, et du pus suinte. Vous aurez également une poussée de fièvre.


Des antibiotiques vous seront immédiatement prescrits.

 

Utilisez toujours des compresses stériles pour nettoyer la plaie, appliquer de l'Eosine, une crème.

 

Suivez à la lettre les recommandations du médecin qui vous enlève les fils, et ne prenez pas de douche avant le 3ème jour (les bains ne sont pas autorisés avant la 3ème semaine).

 

Evitez de porter des pantalons ou des jupes avec une fermeture qui risquent d'irriter la cicatrice.

 

Massez 3 fois par jour la cicatrice à l'aide d'une pommade cicatrisante (Jonctum, Cicamosa ou crème de calendula).

 

Vous pouvez également vous masser avec de l'huile d'amande douce.

 

Appliquez des cataplasmes d'argile verte sur la cicatrice 2 heures de suite pendant plusieurs jours.

 

Enfin, évitez d'exposer la cicatrice au soleil pendant 1 an. Par contre, s'allonger nue dans son lit ou dans son canapé dans un rayon de soleil pendant 10 minutes est très bénéfique !

 

Après un accouchement, il est très important de surveiller son corps afin de détecter au plus vite toute anomalie.

 

Appeler votre médecin si :

  • Si les saignements augmentent dans les 2 semaines qui suivent l'accouchement :

Plusieurs garnitures sont imbibées en quelques heures
Pertes abondantes et très rouges
De gros caillots (de la taille d'un ouf)
Cette hémorragie est le plus souvent due au fait qu'un morceau de placenta est resté dans l'utérus.

  • En cas d'infection urinaire :

Besoin fréquent d'uriner
Sensation de brûlure
Urine de couleur très foncée voire parfois rouge
Douleur dans le bas de l'abdomen ou dans le dos
Fièvre supérieure à 38°C

  • Les infections vaginales

Démangeaisons, brûlures, pertes banches ressemblant à du lait caillé
Pertes jaune-vert mousseuses qui sentent mauvais
Pertes qui sentent mauvais mais sans démangeaisons


Le tableau de cet après-accouchement n'est pas très réconfortant pour les mamans qui sont actuellement enceintes de leur premier enfant.
Mais sachez que l'attention et les soins que vous allez porter à votre bébé vous feront très vite oublier tous ces petits malheurs ! Et, au bout d'un mois, croyez-moi, on a tout oublié ! ! ! Et, il ne reste de l'accouchement qu'un merveilleux souvenir.

 

partager une page monbebe.com
6 commentaires
Les témoignages "post accouchement" et celui de "loumax" me fendent le coeur , mais il est vrai qu'il est très important de parler du post accouchement. J'ai pour ma part suivi une préparation à la naissance. Avant d'entamer celle là j'avais très peur, de tout, l'accouchement (mon 1er) me terrorisait. Cette préparation m'a beaucoup aidée à relativiser; trop peut être. Je me suis sentie invinsible. Je me préparais donc à vivre un accouchement merveilleux puisque tout les récits que l'on m'apportés été servis sur un plateau d'argent. Et bien malheureusement rien ne s'est passé comme je l'espérait. Je m'étais tellement laisser emporter par la magie des mots que j'avais oublié ma peur primaire : celle que ca se passe mal. J'ai eu un accouchement long, douloureux, cette "petite" cicatrice que tout le monde présente comme anodine et de 3-4 cm seulement fait pour ma part entre 7 et 8 cm (périnée, vagin, muscle) et m'a fait atrocement souffrir pendant plus d'un mois. Les rapports sont toujours "genant", 2 mois après. Mon sexe n'a plus "la meme tete", certaines diront qu'après tout personnes ne le voit mais cette sensation au touché pendant la toilette est particulièrement désagréable. Les médecins ne tiennent pas compte de la douleur physique de la maman à partir du moment ou bébé va bien; alors la douleur psychique !! n'en parlons pas. Je rejoins encore une fois "loumax" qui parle qu'elle est parfois distante avec son fils, meme si c'est difficile, je l'a comprend. Il ne faut pas rester avec nos mauvais souvenirs, car oui l'accouchement peut en être un mais les préjugés ne l'admette pas. Je travaille aussi sur moi loumax ! je suis de tout coeur avec toi, il faut se battre et tout envisager pour s'en sortir. Pourquoi pas un psy qui ne jugera pas ? J'y ai pensé pour évacuer. Moi qui me croyait si "invinsible" je ne pensais pas pouvoir être autant traumatisé (mon récit serait bien trop long ici!) Alors mesdames enceintes, tout mes voeux de bonheur mais ne vous attendez pas exclusivement à un accouchement de rêve, on peut parfois tomber de haut ! Mon fils est toute ma vie, mais son arrivée, sa séparation d'avec mon corps à été mon pire souvenir alors que sa naissance et mon plus beau souvenir... Nuance quand tu nous tiens...
Rien de pire Je ne souhaite à personne même pas à mon pire ennemi ce que j'ai vécu pour mon second accouchement il y a 1 mois et 6 jours maintenant. On n'en parle pas assez peut être parce que la zone d'apparition est tabou !! bref, ce n'est surtout pas a négliger et surtout il faut traiter de suite et avec les bon produits prescrits uniquement par un médecin Pour ma part elles sont apparues qq heures avant l'accouchement. Normalement elles surviennent après suite à l'effort fourni pour pousser bébé !! Ben moi non. Je ne croyais pas que le corps pouvais réagir comme ça à un constipation tenace durant ma grossesse. Même la sage femme qui m'a accouché n'avait jamais rien vu d'aussi imposant. Elles m'ont empécher de pousser correctement et m'ont fait plus mal que le reste. Elles ont été présentes pdt 15 jours et ont fini par se résorber. C'est franchement 1000 fois pire que l'épisiotomie que j'ai eu qui est d'ailleur passée presque inaperçue . Courage à toutes celles qui ont vécus et qui vivent ça.
Je trouve ces pages sur les effets post-accouchement super, car on y retrouve bien ce qu'il se produit réellement et c'est expliqué de façon claire et objective.
Par contre, je me dresse face à une chose:
dire qu'au bout d'un mois (ou plus d'ailleurs) l'accouchement reste un merveilleux souvenir, je ne serais pas aussi affirmatif!
en ce qui concerne mon accouchement, je ne regrette rien car mon bébé est en très bonne santé certes, mais hormis sa sortie et notre rencontre, le reste est resté un souvenir douloureux et très pénible, peuplé d'incompréhension.
cet accouchement m'a laissé de profondes traces que j'ai du évacuer en travaillant aussi sur moi-même pour mieux relativiser.
il ne s'agit pas non plus d'une expérience traumatisante, mais je crois qu'à partir d'un certains stade de douleurs et d'angoisse, même le bébé avec tout ce qu'il représente d'incroyablement merveilleux et magique ne peut à lui seul tourner une page qui demandrait sans doute un peu plus de suivi psychologique.
la médecine le comprend vraiment depuis une vingtaine d'année maintenant, le coté psychologique d'une maladie est désormais assez bien pris en compte; à quand cela appliqué aussi aux accouchements, dans le sens où ils peuvent apporter leurs lots de souffrances et donc de traumatisme.
il est difficile de trouver un site qui parle de césariennes qui ne se sont pas forcément bien passées, non pas que je veuille tomber dans le "morbide" mais on peut souvent rapprocher 2 témoignages de parents qui ont eu des jumeaux, de 2 mamans qui ont accouchées prématurément...multiples exemples....mais à dire vrai, je voudrais bien trouver un témoignage d'une maman, la trentaine, qui a subi une césarienne ouverte à la "verticale" tout comme moi. En 1997, j'ai accouché d'un petit Louis avec comme début d'accouchement un hématome rétroplacentaire qui a privé mon fils d'oxygène et a commencé à me plonger dans le coma. Non, non, ce n'est pas effrayant puisque je suis là pour vous en parler et mon fils de 7 ans va à l'école tous les jours!! mais très dur à passer comme expérience de 1er d'accouchement, 1ers contacts avec son enfant aux bout de 2 jours, impossible de le porter durant 10 jours: ma cicatrice mesure 12cm de long et 3 cm de large, du nombril jusqu'au pubis; la pire chose qui me soit arrivée a été de croiser sur mon chemin ce boucher de garde à l'hôpital. je ne considère pas qu'il nous a sauvé la vie. le médecin qui m'a accouché de maxime s'est fait aidé d'un collègue de chirurgie esthétique pour tenter de cacher les dégâts!!!et oui, deuxième césarienne pour le 2ième enfant!!!je me sens blessée dans mon corps, ma vie de femme en a pris un coup et le tout n'a fait que m'éloigner de mon fils aîné...j'aurai presque un récit de 6 ans de ma vie à vous relater...alors voilà pourquoi je recherche quelques témoignages pour me convaincre que je ne suis pas seule!!je n'ai que 32 ans et c'est souvent lourd à gérer. mille merci à ceux qui auront pris le temps de me lire Loumax
Jai beaucoup de mal a perdre du poids de plus J ai eu un bebe de 5.240kgs et helas je suis embete par la barriere abdominal, sequelle de l'accouchement. Je ne peux plus m'habiller comme je veux et je suis fortement complexee lorsque je sort avec mes amies. J aimerai que l'on me dise si on peux faire de la chirurgie esthetique abdominale et a combien ca coute.merci

J'ai accouché d'un bébé de 2,630 kgs le 8 Mars 2001, par voie normale. Au cours de ma grossesse j'ai pris 18 kgs, passant de 70 à 88 kgs. J'en ai perdu seulement 3 au sortir de la clinique. Ensuite de mi-Mars à fin Avril, j'ai perdu 7, soit au total 10 kgs en 2 mois. Depuis Mai, le pèse-personne reste bloqué à 78 kgs, malgré tous mes efforts (footing de 1h30 pendant 3 fois par semaine et "petit" régime). Je suis désespérée, je me pèse au moins 5 fois par jour et toujours rien. J'espère que l'arrêt de l'allaitement maternel prévu fin Juillet, car ma fille entre à la crèche début Août, entraînera une perte même partielle de ces kilos superflus, d'autant que je souffre d'arthrose. Par ailleurs, je suis plutôt fatiguée physiquement et moralement. J'éprouvais des sensations de démangeaisons désagréables sur le corps, le dermato m'a appris que c'était dû à un manque de magnésium. Tout ceci a t-il un effet sur le "blocage" de mon poids? Merci de vos conseils.

REAGISSEZ...


login


Actuellement 604 583 inscrits

Le TOP 10 des connectés
bébé grossesse bebe grossesse enceinte bébé bebe
monbebe 
homme 15 ans écrire
Amis: 1759 - Kids: 0
bébé grossesse bebe grossesse enceinte bébé bebe
couette 
homme 30 ans écrire
Amis: 164 - Kids: 2
bébé grossesse bebe futur papa grossesse bebe bébé
mobilus 
femme 27 ans écrire
Amis: 0 - Kids: 0
bébé grossesse bebe grossesse enceinte bébé bebe
colitus 
homme 31 ans écrire
Amis: 0 - Kids: 0
bébé grossesse bebe future maman femme enceinte grossesse bébé
ouverture 
homme 32 ans écrire
Amis: 0 - Kids: 0
bébé grossesse bebe grossesse enceinte bébé bebe
vivi3 
homme 33 ans écrire
Amis: 0 - Kids: 1
bébé grossesse bebe future maman femme enceinte grossesse bébé
lustucru 
homme 35 ans écrire
Amis: 0 - Kids: 0
bébé grossesse bebe future maman femme enceinte grossesse bébé
lustucru 
homme 35 ans écrire
Amis: 0 - Kids: 0
bébé grossesse bebe grossesse enceinte bébé bebe
biopa 
femme 36 ans écrire
Amis: 0 - Kids: 2
bébé grossesse bebe future maman femme enceinte grossesse bébé
egoiste 
homme 31 ans écrire
Amis: 1 - Kids: 0

Partenaire : Jeux et Jouets pour enfants | Cadeaux de naissance et de baptème | Oclio | Chaussons bébé | Enceinte | Grossesse | Accouchement

Monbébé : Info Légale & Conditions Générales | Contact | Régie | Partenaire | Copyright © 1999 - 2014 monbebe.com. Tous droits réservés - Un site développé par marcie media